Le 14 novembre, c’était la Journée Mondiale du DIABETE, à cette occasion Maryse, Sandrine, Cécile et Béatrice sont allées à la rencontre du personnel et des visiteurs de la clinique afin de pratiquer un dépistage ciblé.  L’équipe de la Sodexo avait concocté un repas « très équilibré » pour cet événement.

  • 103 personnes ont répondu à un questionnaire de dépistage regroupant 8 facteurs de risque de diabète.
  • 56 personnes ne présentaient pas de facteurs de risque mais 36 d’entre elles ont souhaité connaitre leurs glycémies capillaires, qui, se sont révélées normales.
  • 47 personnes présentaient des facteurs de risque tels qu’ils avaient été défini par « notre charte de dépistage  » et parmi elles, 3 personnes ont été redirigées vers leur médecin traitant pour envisager un contrôle de glycémie veineuse.
  • 102 personnes ont accepté que l’on calcule leur IMC, pour les personnes en surpoids, les diététiciennes ont délivré sous forme ludique une information sur l’équilibre alimentaire avec notamment l’identification du sucre dans l’alimentation.
  •   Un accent particulier a été mis sur la nécessité d’une bonne hygiène de vie : « Manger mieux, Bouger plus »

De Gauche à droite : Cécile Barbot (Sage-Femme), Béatrice BARCOS (Sage-femme), Maryse LAFFONT (Diététicienne),

Sandrine GARCIA (Diététicienne SODEXO).

 

 

 

 

 

 

ll y aurait en France 3 millions de diabétiques. L’OMS affirme que si des mesures urgentes ne sont pas prises, le nombre de décès dus au diabète dans le monde doublera d’ici dix ans. A l’origine de ces complications, on trouve encore trop de diagnostics tardifs (le diabète est en général diagnostiqué seulement cinq à dix ans après son démarrage).
Cette maladie représente un véritable enjeu de santé publique. Au travers de cette action, nous pourrons prévenir des complications graves (amputation, cécité, AVC, décès…) pour toute personne diabétique dépistée !
Le dépistage est simple : une petite piqûre au bout du doigt !

L’augmentation des maladies chroniques en France
Aujourd’hui, en France, 20 % de la population vit avec une maladie chronique. Dans un contexte de vieillissement de la population, ce chiffre va continuer à progresser.
Le malade chronique doit continuer à vivre avec sa maladie. Celle-ci a des répercussions importantes sur sa vie quotidienne. Il doit nécessairement s’adapter à son état.

La prévention au cœur des missions des cliniques Elsan
Les actions de prévention se déploient en collaboration avec les associations pour détecter la maladie à des stades plus précoces.
Très souvent, les patients sont pris en charge à un stade évolué de leur maladie. « L’objectif est également de voir les patients plus en amont pour développer la prévention afin que la maladie évolue le moins possible
Les cliniques prennent en charge ces pathologies en forte croissance : diabète, insuffisance rénale, insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, pathologies cardio-vasculaires…
Au-delà des soins et de la rééducation, elles mettent en place, à travers l’éducation thérapeutique (ETP) notamment, une véritable démarche de prévention continue.
Prônée par les Agences Régionales de Santé, l’ETP se révèle être aussi une véritable opportunité pour renforcer un état d’esprit collectif et transversal au sein des équipes soignantes.